Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 18:32

Présentation de l'exposition

Dans toutes les sociétés, le tissu porte des messages, des symboles forts à travers son usage, la matière - laine, soie, coton ... - les couleurs, le graphisme. Il existe en tout lieu le tissu du quotidien, des jours de fête et d'apparat, du deuil et de la mort.

Le tissu est ainsi porteur de la signature d'une époque, d'un pays. Le wax, lui, est toute une histoire, tout un voyage entre l'Indonésie, l'Afrique de l'Ouest, la Hollande, l'Angleterre, et maintenant la Chine. C'est une part de mon intérêt pour lui, au-delà de son charme si particulier.

Notre époque est au métissage, chacun peut découvrir dans tous les domaines, que ce soit la musique, la cuisine, la décoration, la mode, etc., les influences du monde entier. L'intégration n'est pas seulement demandée à ceux qui viennent ici d'adopter nos modes de vie et nos coutumes, c'est aussi reconnaître et valoriser nos propres emprunts aux cultures venues d'ailleurs. C'est ce que j'essaie de faire à ma manière.

Je ne souhaitais qu'une chose, que cette exposition soit prétexte à échange, enrichissement mutuel, plaisir partagé, donnant ainsi toute sa valeur à la métaphore du tissu. Ne parle-t-on pas en effet du tissu social, de tisser des liens, du fil conducteur, de la trame d'un discours, etc. ?

Le-bonheur-de-créer
Pour cela, je me suis prêtée à l'accueil de petits groupes - adultes en situation d'alphabétisation venus de la cité, enfants de Bagnolet et de Paris - à la fois pour leur raconter l'histoire et le voyage du wax à travers l'Asie, l'Afrique, l'Europe et pour les intéresser aux graphismes utilisés et à leur symbolique et les mettre en situation d'être peintres eux-mêmes, de fabriquer leurs couleurs et de s'exercer à peindre sur le tissu. Ce furent de très bons moments d'échange, de plaisir partagé, et d'enthousiasme même chez les enfants.


Bagnolet fev 10
Bagnolet fev 102
Repost 0
Published by Claude Moskalenko - dans Expos
commenter cet article
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 19:06


Dans "Le Parisien" du  24 juillet (édition de la Seine-Saint-Denis), Marie-Pierre Bologna m'a consacré le 8e portrait de sa série "Mon bout de jardin". Voici un extrait de son texte et la photo qu'elle a prise avec en arrière-plan le jardin partagé qui vient de prendre forme à mon initiative, avec le soutien de la municipalité, au quartier des Quatre Chemins, à Pantin :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hélène Zanier a eu la gentillesse de reprendre l'article dans le le blog des Verts de Bagnolet - en y ajoutant une présentation chaleureuse qui m'a vraiment touchée.   
Repost 0
Published by Claude Moskalenko - dans Actualités
commenter cet article
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 09:25
Qui ne s'est pas un jour retourné dans la rue ou sur les marches du métro pour admirer l'allure altière d'une Africaine revêtue de son pagne traditionnel. Qu'elle soit jeune ou vieille, mince ou opulente, elle porte avec une élégance naturelle un style tout particulier ces cotonnades aux graphismes et aux couleurs hardies, les fameux wax. C'est un "petit bonheur du jour" de rencontrer dans la grisaille monotone des foules de nos grandes villes de la couleur, de la fantaisie, de l'audace créative, quelque chose qui vit et qui vibre, sans ostentation, sans provocation. En voyant ces graphismes, ces couleurs, sur des corps de femmes, l'imaginaire s'emballe. Certains rêveront de voyages, d'exotisme, de sensualité. Moi j'y vois la femme nature, la femme fleur, la femme liane, l'oiseau, l'eau, le mouvement.  Les images s'imposent, et j'ai voulu les inscrire, les intégrer dans ces tissus, comme une synthèse de mes perceptions. C'est devenu un jeu, un plaisir de jouer avec la contrainte imposée par les imprimés, leurs motifs, leurs couleurs, et de trouver par de nouveaux motifs une harmonie nouvelle.
Repost 0
Published by Claude Moskalenko - dans Présentation
commenter cet article
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 10:54

Ce sont les encouragements de mes proches qui m'ont dans un premier temps incitée à utiliser certaines des mes toiles pour décorer le local d'une association. Je pensais ainsi améliorer l'accueil et l'ambiance par de la couleur, témoigner d'une attention aux personnes accueillies, en particulier aux femmes africaines qui ont gardé la mode du pagne et qui verraient là une reconnaissance de leur culture.

 

L'initiative fut très bien accueillie ; mais, quelle surprise, aucune Africaine  n'a reconnu le tissu familier par-delà le motif peint, alors même que certaines portaient le pagne fait du même tissu. Il a fallu qu'en riant je tienne un morceau de leur jupe, que je le rapproche de l'envers du tableau, pour que tout à coup tout s'éclaire ; c'est encore une fois l'illustration du fait que l'on ne voit pas ce qu'on n'a pas appris à reconnaître. Le wax, c'est le pagne, un vêtement, impossible de le penser dans le contexte européen du tableau. Alors donc j'avais peint sur le tissu de leur pagne ! Quel étonnement, et quel plaisir de reconnaître les wax coutumiers ! En remerciement, l'une d'elles m'a apporté un morceau de tissu, j'y ai inscrit et offert "Les hortensias".

 

Première exposition (printemps 2005)
Les occasions s'enchaînent ; un responsable de Maison de Quartier, passé par le local de l'association, me demande de faire une « vraie » exposition dans sa Maison de Quartier. Pourquoi non ? Premières affiches, premières invitations, nouveaux encouragements, première commande ("Les fougères" : voir acryliques sur wax 1).

 

 

 

 

 

 

 

Deuxième exposition (juillet-septembre 2005)(voir acryliques sur wax 2)

Je quitte la Maison de Quartier pour un restaurant, le Relais, à la fois restaurant « cuisines du monde », centre de formation aux métiers de la restauration, et ancien atelier offrant ses murs aux expositions temporaires des artistes locaux : affiche plus professionnelle, invitation plus large, vernissage officiel. A cette occasion je rencontre Anne Grosfilley, anthropologue, auteure d'un ouvrage L'Afrique des textiles, et organisatrice d'une magnifique exposition sur les tissus africains à Rouen : de cette rencontre va naître un autre type de projet (v. l'article Le tissu comme métaphore et autres projets). 

  Encore une fois reconnaissance, étonnement, nouvelles commandes encore "Les fougères" (2ème édition), "Les iris", "Les chats", "Les coquelicots".  J'établis une fourchette de prix qui tient compte des dimensions et du temps passé (entre 100 et 300 €). 

Certaines toiles ont beaucoup de succès, j'accepte à l'occasion de reprendre le même motif dans la mesure où je peux retrouver le même tissu. Mais ce ne sera  jamais  exactement le même tableau. Certains wax sont suffisamment « classiques » pour que j'aie la chance de les retrouver ; d'autres resteront pièce unique

Troisième exposition (octobre 2006)(voir acryliques sur wax 3)

Cette fois, je veux prendre un risque différent. J'ai envie d'exposer dans la France profonde, dans un petit village entre Poitou et Touraine, à Saint-Rémy-sur-Creuse (500 hab). C'est un succès : je suis invitée à reconduire l'opération à la demande des habitants,  « pour le plaisir de tous ». J'ai pu mesurer à cette occasion combien les petits villages sont dans l'attente d'événements qui viennent rompre le quotidien, qui permettent de retrouver une convivialité de voisinage, de quitter son chez soi et sa télé, de redécouvrir aussi un autre mode d'être au monde, celui du faire, d'exister à travers le faire. Je perçois que cette attitude renoue avec ce qu'était, il y a encore peu de temps, dans le souvenir de chacun, le travail  de l'ébéniste, du ferronnier, de la couturière : un travail d'artisan dont chacun pouvait parler.

J'ai trouvé beaucoup d'intérêt à aller installer à domicile les tableaux achetés ("Les tournesols", "L'envol", "Les coquelicots avec chardons", "Les Tulipes", "L'essai"). 

 

 

 

  Quatrième exposition, Pantin, septembre  2007 : voir acryliques sur wax 4. 

Pendant le mois de l'exposition j'ai constaté plus de visiteurs sur le site et une augmentation sensible du nombre de pages vues (mais toujours pas de commentaires !).
Six toiles ont été achetées, dont l'une (Sicile) par le service culturel de la ville de Pantin. Ce tableau va donc rejoindre le fonds culturel de Pantin, qui vise à valoriser le travail des artistes de la ville et prête aux services administratifs les oeuvres qu'il détient.


javascript:;
Cinquième exposition, Le Pré-Saint-Gervais, novembre 2007
Africoles.jpgDans le cadre de la semaine de la solidarité internationale, j'ai participé avec mes tableaux et les wax non encore peints à l'exposition
"La vie par la vie : chroniques africoles",
organisée par La Paille et le Mil : succès d'estime, mesuré à  travers l'augmentation très sensible des nombres de visiteurs sur le site, "Brève rencontre" rencontre beaucoup de succès, mais comme pour d'autres toiles je ne puis m'en séparer. Je me sépare de "Vert et bleu" avec difficulté. J'en fais une autre version unique pour moi-même.  

Bondy, 30 septembre-18 octobre 2008

Compte  tenu du lieu d'exposition - la Bibliothèque municipale -, il nous a paru évident qu'il fallait ouvrir des perspectives sur la culture africaine, donner envie "d'en savoir plus".

Mes toiles devaient s'intégrer dans des références plus larges, par la présence d'objets africains du quotidien : tabourets, instruments de musique, bijoux, vêtements, aliments, etc., et de livres traitant des différents aspects de la culture du continent - avec un clin d'oeil pour les enfants.

Il me faut remercier très vivement l'équipe de la Bibliothèque et du Centre social Sohane, car ces objectifs ont été très bien percus par les visiteurs, dont beaucoup d'origine africaine.
Le livre d'or a été rempli de commentaires émouvants, sensibles, reconnaissants: pour certains, le plaisir de voir leur culture valorisée, reconnue, pour d'autres d'y voir une ouverture à l'autre.

On y trouve les petits mots des enfants, ceux des personnes âgées pour qui la bibliothèque est un lieu important de lien social et qui tiennent à préciser leur âge, des analyses plus élaborées de visiteurs très sensibles aux retrouvailles de leur culture...


Certains, plusieurs femmes en particulier, m'ont dit qu'elles redécouvraient là avec plaisir des aspects oubliés de leur culture.
Comme toujours, j'ai dû répondre aux mêmes questions :
comment vous est venue cette idée de peindre sur des tissus, avez-vous des modèles, etc. Cette fois j'ai pu dire que c'est parce que le wax, par ses couleurs, son graphisme, son exubérance, sa vitalité, n'est pas un tissu "raisonnable", qu'il a eu sur moi un effet libérateur.

 Metiss Mode à Bondy

Mes petites réalisations de vestes en wax  peintes plaisent suffisamment pour qu'elles fassent l'objet d'une présentation lors du défilé de mode organisé par la Municipalité de Bondy (93) dans le cadre de la fête de la ville et de la valorisation des oeuvres des habitants (Hôtel de Ville de Bondy, 26 juin 2009).



















            













accueil
Repost 0
Published by Claude Moskalenko - dans Expos
commenter cet article
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 10:53

Le tissu

Ce sont des coupons de wax difficiles à trouver, car en principe le wax se vend en pièces de 6 yards (5,5 m)  qui permettent de faire le pagne et la coiffe. Je les choisis selon mon humeur - d'autres me sont offerts et donc imposés d'une certaine façon.

La préparation

Quand j'achète le tissu je n'ai a priori aucune idée du thème ou motif que j'y intégrerai. Il faut pour cela que le tissu soit tendu dans son cadre en bois, centré en fonction des motifs et posé à la verticale.

Je passe un certain temps, de quelques jours à plusieurs mois dans d'autres cas, sans savoir ce que je vais faire. Je le regarde, le contemple, des images, des perceptions passent dans ma tête.

La réalisation

Une idée surgit, un thème s'impose, je prends mes pinceaux, je crée mes couleurs et je me lance. La composition se fait spontanément et évolue au fur et à mesure. Jamais je ne trace auparavant l'esquisse de quoi que ce soit : j'en ai déjà fait l'expérience et ce fut un échec, car mes pulsions successives ne correspondent plus au tracé de départ. L'erreur n'est pas possible; une fois posée la couleur est là - on peut en reprendre les contours, la transformer, la recouvrir, mais pas la faire disparaître.

Comment naît le dessin, le thème

Deux démarches d'ntégration :

 

     1.   De mes  « plantes compagnes » dans le graphisme et les couleurs du tissu

C'est le tissu, comme je l'ai déjà dit, ma contrainte et mon fil conducteur. Mes sources d'inspiration, d'imaginaire, sont bien sûr les couleurs, le graphisme, l'ambiance évoquée par l'ensemble.

Le graphisme comme dominante :

Prenons par exemple les tournesols : la répartition des cercles systématiques tous tournés vers le regard du spectateur, le graphisme de cercles concentriques, les couleurs jaune et noir, m'ont évoqué très vite un champ de tournesols de la Touraine.

Les oies : là encore, le graphisme s'impose : derrière les éléments bleus, surgissent les cous des oies ou des cygnes; les couleurs vertes et bleu rappellent l'eau et la nature.

 

La couleur comme dominante :

Par exemple les coquelicots : les couleurs bleu rouge jaune sont pour moi l'archétype du champ de blé d'autrefois - d'où mon choix.

L'ambiance suggérée :

Exemple : lys et bambous. Les lunettes bleu évoquent un regard sur l'eau. Le tracé marron sur fond jaune, des vaguelettes sur le sable : d'où la suggestion d'une vision à travers des végétaux d'un bord de lac.

Mais ce que je décris là est le résultat d'un travail d'analyse a posteriori. Très souvent au départ l'idée existe certes, mais ne prend corps qu'avec le geste, la main maniant les pinceaux et les couleurs jouant avec l'imprimé du tissu. Je ne comprends qu'après coup.  

       2.   Le chemin inverse : du motif du tissu dans mon graphisme  et mes couleurs.

Certains wax isolent et magnifient certains motifs, en particulier animaliers.

 

Ces derniers sont à ce point centraux, que je ne puis faire autrement que de les intégrer dans de nouveaux fonds que je crée ; l'essentiel reste toujours l'harmonie, le jeu des couleurs et des formes.

 

Ci-contre : à l'origine de Breve rencontre


Repost 0
Published by Claude Moskalenko - dans Technique
commenter cet article
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 10:52

Je suis née dans une famille sans lien avec le monde de l'art, mais dans un environnement où la nature, les jardins, les plantes, les animaux étaient omniprésents. Pas la campagne de l'agriculture et des travaux des champs, mais la campagne refuge, plaisir, observations, bonheur. Ma mère avait la « main verte ». 

 Petite, j'ai eu envie d'apprendre à peindre, mais il n'était pas question alors de me donner "une éducation bourgeoise". J'ai renoncé. Je n'ai ni dessiné ni peint, mais j'ai fait un herbier et j'ai toujours été entourée de chats et de plantes.

Par une première alliance, j'intègre une famille d'artistes russes immigrés- la peinture y était passion et source de vie- , puis par une deuxième alliance une famille italienne où la peinture est culture, connaissance, histoire. Ma fille peint et j'en ai beaucoup de plaisir.

Et un jour très tard, à la retraite, en 2004, le charme du wax opère, et j'ai une envie très violente de m'inscrire dans ces tissus. Mon entourage m'a convaincue que ce que je faisais par plaisir pouvait aussi être agréable aux autres  

Je n'ai toujours pas appris à dessiner, mais j'aime le plaisir du geste, du mouvement, de la couleur. J'entre alors dans un autre univers et une partie obscure de moi-même se met à vivre, mais il  me  faut être seule, je n'ai aucune envie de m'inscrire dans un cours ou dans un atelier collectif. Quand je suis devant ma toile, seuls les chats ont droit de cité.
accueil

Repost 0
Published by Claude Moskalenko - dans Présentation
commenter cet article
17 juin 2006 6 17 /06 /juin /2006 04:17

 

"Quant intégrations rime si bien avec émotion ... Quelle idée lumineuse et quelle belle source d'inspiration; merci Claude pour ce voyage" (Constance)

"Bravo Claude, vous avez réussi à me faire redécouvrir le wax sous un autre angle. Votre oeuvre est une très belle façon de réécrire l'histoire des rapports Europe-Afrique à travers le tissu. Magnifique intégrations ! Continuez !" (Anne) 

 "Ces tissus qui se suffisaient en eux-mêmes, c'était en apparence, puisque l'addition de tes motifs, de tes couleurs, de ton mouvement intérieur fusionne les impressions d'origine naturellement. Les intégrations graphiques et picturales sont réussies avec délicatesse" (Anne-Marie)


Merci pour les magnifiques coquelicots que vous avez peints pour notre amie Marie-Françoise ! je vais souvent sur votre site admirer vos oeuvres, d'autant que je suis née en Afrique, que j'y ai vécu jusqu'à l'âge de 8 ans, et que ces tissus m'émeuvent beaucoup ! j'aime aussi beaucoup ce que vous en dites, et j'aime me perdre entre wax et peinture ...
bravo pour l'élection municipale, et je suis sûre que vous serez aussi généreuse dans votre action qu'en peinture !
j'espère vraiment que nous aurons l'occasion de nous rencontrer !
très cordialement !
molly, l'amie de Jacqueline (Lagatu)

bonjour,
je découvre votre site car je fais des recherches sur le wax et des textiles africains. Très intéressée par les vestes peintes et la prochaine expo à Tarbes (je suis à Pau). Merci de me tenir au courant pour les unes et l'autre, à bientôt cordialement, Marianne

 

Suite à la publication de l'article d'Anne-Marie Serres pour l'exposition à la Fondation Cénac, voici le commentaire de Gelsomina Corcagnani, avec qui j'ai eu la chance de monter une exposition à la bibliothèque de Bondy : 

 

C'est toujours avec autant de plaisir que je pense à vous et au merveilleux travail que vous menez pour faire passer au public votre amour de l'art et de l'Afrique.
Je ne vous remercierais jamais assez de nous avoir permis d'accueillir votre belle exposition et de partager avec nous ces moments intenses où l'équipe du centre et le public ont été transportés dans un univers de beauté.
Il en va de même pour votre participation au défilé de mode "Métiss'Mode" qui nous a comblé part l'apport de vos magnifiques toiles.
Pourriez-vous m'indiquer le lieu et les jours pendant lesquels va se dérouler cette Biennale, si mon emploi du temps me le permet, c'est avec plaisir que je m'y rendrais.
Repost 0
Published by Claude Moskalenko - dans Expos
commenter cet article